Bandeau
Aiguilles magiques
Tout sur les aiguilles.

Tricoter, coudre, broder, recycler : apprendre et découvrir.

logo article ou rubrique
Une corbeille de papier

Fabrication d’un panier avec des rondelles de papier.

Article mis en ligne le 4 mars 2019
Dernière modification le 28 février 2019

Faire des tubes et des tubes de papier publicitaire ou de journal, c’est bien, mais, qu’en faire ? Ce tutoriel vous propose d’en faire des rondelles puis de les assembler en une corbeille bien solide et résistante.

 Matériel

  • Brochures publicitaires, journaux, magazines, etc. ;
  • brochette en bois ou aiguille à tricoter 3,5 mm ;
  • crayon ou feutre ;
  • tube en plastique, par exemple tube de colle pour faire les rondelles, cylindre plus grand pour les anses (flacon, gobelet, pot en plastique par exemple) ;
  • colle blanche liquide ;
  • couteau, cutter ou ciseaux ;
  • pinces (à linge, à dessin, etc.).
La corbeille finie
Les ligatures donnent de la rigidité à la corbeille.

 Fabrication

 Les rondelles

Découper le papier en bandes dans le sens de la hauteur, soit entre 26 et 32 cm de long selon la taille du document d’origine. Faire des tubes en les roulant autour de la brochette ou de l’aiguille à tricoter et les réunir par deux pour doubler leur longueur, voir le tutoriel sur le papier roulé.

Lot de rondelles

Aplatir ces tubes, encoller une face et les enrouler autour du tube de plastique qui sert ainsi de colle.

Ici, pour un panier d’environ 23 cm de large sur 25 de long et 13 de haut il me faut 176 rondelles.

Schéma de calcul du nombre de rondelles nécessaires

Pour déterminer le nombre qu’il vous faudra, j’ai trouvé plus simple d’étaler les rondelles sur la largeur et la longueur puis de compter le nombre et de multiplier les deux nombres obtenus. Pour la hauteur, j’ai mesuré le nombre de rondelles dans la hauteur voulue en ajoutant l’épaisseur de celles qui serviront de fond. C’est, de mon point de vue, mieux que la solution consistant à mesurer une rondelle et à faire les calculs à partir de ça, car elles n’ont pas des dimensions strictement identiques.

 Les ligatures

Couper en deux un tube et l’aplatir, coller l’extrémité libre : cela donne deux ligatures. Il en faudra autant que de rondelles.

 La corbeille

Commencer par le fond.

Le fond de la corbeille
Les rondelles réunies par des ligatures me font penser aux délicats motifs des moucharabiehs.

Encoller les rondelles et les coller les unes aux autres. Renforcer en collant une ligature autour d’un groupe de deux rondelles. Le travail est plus facile à faire si on commence par joindre les rondelles deux par deux. De cette façon, les groupes ont le temps de sécher au moins en partie et de devenir rigides.

Un quatuor de rondelles
Chaque rondelle a quatre ligatures.

Faire le fond, puis les côtés séparément.

Réunir les côtés toujours par collage plus ligatures.

Réunir côtés et fond de la même façon qu’on a réunis les rondelles et les côtés.

 Les anses, optionnel

Faire deux ronds plus grands autour d’un gobelet, d’un flacon ou d’un pot en plastique par exemple. Il faudra plus de paille de papier pour chaque rond que pour les rondelles, évidemment. Trois ou quatre suffisent.

Les anses de la corbeille
Deux rondelles de papier plus larges que les autres pour glisser la main.

Quand tout est bien sec, enrouler du plastique autour de ces bracelets de papier pour les protéger de la colle.

Aplatir un tube, l’encoller et l’enrouler autour d’une rondelle et autour du rond qui doit pouvoir bouger. Attendre que ça sèche, tester, au besoin ajouter une deuxième ligature.

Attendre que ça soit sec, retirer le plastique du rond.

Vue sur la poignée
L’anse de la poignée reste mobile grâce à la liaison avec une ligature lâche mais solide.

 Finitions

Ici j’ai laissé brut, j’ai simplement ajouté une couche de colle qui sert aussi à protéger et à consolider le tout. Mais on peut peindre ou vernir si on veut, voire cirer (pas essayé, mais sait-on jamais). Si on veut avoir des anses de couleur différente, il est plus facile de les peindre avant.

C’est fini !