Bandeau
Aiguilles magiques
Tout sur les aiguilles.

Tricoter, coudre, broder, recycler : apprendre et découvrir.

Une théorie de cache-orteils
Article mis en ligne le 27 décembre 2009
dernière modification le 20 août 2014
Imprimer logo imprimer Enregistrer au format PDF Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Au rythme d’une par semaine, en voilà trois paires, et c’est fini pour la saison, enfin je présume. Deux sont des commandes, la troisième est un cadeau de Noël. Avec la paire brune, qui est la dernière et la seule montrée complètement finie, je pense avoir trouvé la formule idéale tant dans la forme des augmentations à gauche que dans la répartition des rayures centrales (2, 2, 2) et de la finition du bout.

Le modèle d’origine ne spécifie pas particulièrement d’ajouter les rayures sur les six rangs droits du milieu des cache-orteils. Mais, comme je l’ai déjà signalé, cela facilite les comptages pour les diminutions de la pointe tout en éliminant de petits restes de fil. Bref, tout est bénéfice dans cette histoire.

Pour la paire il vous faudra moins de vingt grammes (environ 17 à 18 gr) de fil à tricoter.

Sur la photo de la première paire juste commencée (cliquer pour voir en plus grand), elle a été finie et livrée dans la foulée, sans que je puisse la photographier on peut voir deux de mes marqueurs de tricot préférés. Ils me permettent de ne pas réfléchir quand je passe du point mousse au point de jersey et vice-versa. Ils sont fait maison (évidemment ?).

Ils vont bien dans des chaussures de ville, à condition qu’elles ne soient pas trop « décolletées », uniquement parce que, dans ce cas, ils dépassent du bord de la chaussure, ce qui n’est guère élégant.