Une deuxième vie pour une veste

Une façon de recycler une veste plutôt moche et très portée.

Article mis en ligne le 12 février 2015

par ID
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Comment transformer un blouson en tissu matelassé en une nouvelle veste chaude en le recouvrant d’une sur-veste tricotée et cousue.

Soit une veste usée, très défraîchie, mais encore mettable, soit des aiguilles et de la laine à tricoter, plus un carnet de notes et du matériel de couture : mon tout est tout ce qu’il nous faut pour avoir une veste d’hiver bien chaude. La première servant de doublure à la seconde.

Les deux états de la veste
Sans et avec la sur-veste tricotée et cousue dessus : une allure radicalement différente, et une veste plus chaude.

 Fournitures

  • une vieille veste à rhabiller
  • de la laine et les aiguilles assorties
  • un mètre ruban
  • de quoi noter : crayon, stylo, papier, carnet…
  • calculette ou équivalent si on est fâché avec les opérations arithmétiques
  • matériel de couture
  • optionnel, quoique fort utile, des marqueurs de tricot ou équivalent
  • boutons (optionnel)

 Travail préparatoire

Découdre les boutons et les éventuels pièces de bande agrippante, on peut laisser une fermeture à glissière par contre.

Faire un échantillon avec le fil, les aiguilles et le point choisis.

 Tricoter la sur-veste

La solution la plus simple et la plus efficace consiste à :

1. mesurer le bas de la pièce par laquelle on va commencer, par exemple le dos qui est le plus gros morceau et qui nous donnera les emmanchures, que l’on reproduira à l’identique sur les devants, les épaules faites également à l’identique sur les devants et le nombre de mailles de l’encolure qui différera pour les devants par contre ;

Les mesures minimales à prendre
Les bas des diverses pièces : dos, devants et manches servent de bases au tricot.

2. à partir de l’échantillon, calculer le nombre de mailles à monter ;

3. tricoter en notant au fur et à mesure le nombre de mailles et de rangs et en posant la pièce en cours sur la veste qui nous sert de patron sans l’étirer. C’est la façon la plus simple de procéder et elle évite bien des calculs. On se sert de ces notes pour les autres parties : le nombre de rangs tricotés avant les emmanchures et après ainsi que leurs diminutions seront identiques pour les devants. La première manche sert de modèle à la deuxième.

À noter : le tricot étant une matière plus adaptable que le tissu et la sur-veste n’étant cousue que par endroits, les emmanchures peuvent être identiques sur le devant et sur l’endroit sans que cela pose problème.

 Les devants : boutonnières, col

Il y a des décisions à prendre. En effet on n’est pas tenu de reprendre exactement la même forme de col. Ici je l’ai fait plus avec un revers et une grosse boutonnière décorative. On peut opter pour un col écharpe, voire pas de col du tout si la forme de la veste le justifie.

De même pour la fermeture du devant de la veste avec ceci de particulier que, souvent, les boutonnières sont verticales alors qu’il est plus simple de les faire horizontales quand on tricote.

Dans le cas présent : le bord de chaque devant a été tricoté de façon à pouvoir se replier à l’intérieur de la veste pour y être cousu. Au niveau des boutonnières : la bordure, tricotée dans un point qui ne roule pas (ici le point mousse) déborde un peu du devant et pas de boutonnières, les boutons étant cachés.

Bordures des devant
Sur l’envers et sur l’endroit, les pointillés blancs indiquent l’emplacement des coutures.

 Les coutures à faire

Une fois le tricot monté : parties cousues entre elles, col inclus en laissant au besoin des « trous » pour les poches, il faut le fixer sur la veste, à la main de préférence pour des finitions invisibles et aussi parce que ça risque d’être un peu gros pour une machine à coudre.

Les coutures se font sur l’endroit du travail !

Coudre les bas de la veste, éventuellement avec deux coutures pour éviter que la doublure ne dépasse, si on a fait, comme l’exemple, une bande de motif, c’est l’endroit idéal pour la deuxième couture.

Sur-veste : coutures du dos
Les coutures figurent en pointillés rouge et se font sur l’endroit du tricot.

Coudre les bords : intégralement côté boutons, de l’autre côté, le bas et horizontalement par endroit pour maintenir le bord en laissant le passage pour les boutonnières.

Répartition des coutures des devants
Les pointillés rouges indiquent l’emplacement des coutures de la sur-veste sur celle en tissu. Elles se font sur l’endroit du tricot.

Coudre les bas des manches.

Coudre le col à la base et en haut.

Le cas échéant coudre les bords de poche. Ici ils ont été faits de la même façon que les bords des devants : un côté qui se coud dans la poche et un autre qui dépasse, mais cousu tout du long de l’ouverture de la poche (attention au sens).

C’est fini !


Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce Squelette puce RSSSyndiquer tout le site puce
2002-2017 © Aiguilles magiques - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31
Hébergeur : Kuhn services