Bandeau
Aiguilles magiques
Tout sur les aiguilles.

Tricoter, coudre, broder, recycler : apprendre et découvrir.

Haute voltige chaussettière

Chaussettes à rayures vraies et fausses.

Article mis en ligne le 16 juillet 2010
dernière modification le 18 août 2014
Précédent : Gourde !Gourde !
Imprimer logo imprimer Enregistrer au format PDF Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Ou comment finir une paire de chaussettes quand il n’y a plus assez de laine en ajoutant incognito des vraies rayures.

Même après avoir épissé le tout petit reste de la pelote des mi-bas en 39, il est devenu évident, à peu près au vingtième rang du pied de la deuxième chaussette de la onzième paire qu’il ne me restait plus de quoi faire un rang de plus. Ce qui était bien ennuyeux avec encore quarante rangs à tricoter pour la finir. Pas question de tout défaire, pas mon genre. Une fouille dans le sac à restes de fils à chaussettes et dans la boîte à pelotes a permis de récupérer un vieux reste écru datant du millénaire précédent et une pelote gris anthracite qui, ajoutés à la laine taupe de la pointe, m’ont permis de faire des vraies rayures imitant les fausses du fil ikaté de base.

Vraies et fausses rayues
Des rayures qui se fondent dans la masse.

Récapitulons :

  • un tout petit reste de fil gris qui était déjà le reste des rayures en restes
  • un autre de fil beige, un peu plus important, lui aussi reste de reste
  • un reste plus important de fil ikaté à rayures
  • 35 à 40 grammes environ d’une laine cousine de la précédente
  • un peu de fil taupe et de laine à chaussettes anthracite
  • les fils de renfort assortis.

Les vraies rayures se fondent plutôt bien avec les fausses, même si du fil marron eût été préférable à l’anthracite, mais je n’en avais pas. La consternation diminue avec ces deux pelotes définitivement finies...

P.S. :

Première publication sur le premier blog juillet 2010.