Couture des anses de sac

Astuces pour éviter d’avoir des anses qui se décousent inopinément.

Article mis en ligne le 6 juillet 2014
dernière modification le 18 août 2014

par ID
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Les anses de sac subissent des tractions importantes. Une seule couture ne suffit pas. Je m’en suis rendu compte pour l’un des sacs qui illustre cet article. Dans ce cas que se passe-t-il ? La couture cède. Quand il y a deux anses, on peut se débrouiller pour porter le sac le temps de le ramener à la maison. Mais, quand il n’y en a qu’une, on est bien embarrassé.

La solution : faire plusieurs coutures qui se renforceront mutuellement et permettront de répartir la charge sur plusieurs points. Elles servent aussi de couture de secours si l’une d’entre elles lâche c’est pourquoi je suggère de faire des points d’arrêt pour renforcer. Ce n’est ni du temps, ni du fil perdu.

 Un cadre et une croix

La façon la plus courante de consolider la couture d’une anse consiste à coudre un cadre et une croix à l’intérieur :

Couture d’anse de sac : cadre et croix
En tout six coutures pour renforcer.

À noter : c’est un sac de courses qui me sert depuis plusieurs années très fréquemment et qui peut contenir plusieurs kilos, j’avais calculé une fois que j’avais plus de sept kilos de fruits et légumes dedans.

 Un cadre et une diagonale

On peut se contenter d’un cadre et d’une diagonale (pas très droite sur la photo) :

Couture d’anse de sac : cadre et diagonale
Cinq coutures solides : la diagonale permet de mieux répartir la charge sur le tissu.

Les boutons sont surtout là pour la décoration, mais peuvent renforcer la couture aussi selon la façon avec laquelle ils sont cousus.

 Un triangle

Il reste, enfin, la possibilité de faire des coutures qui suivent le motif du sac comme sur ce dernier exemple où j’ai préféré faire un triangle :

Couture d’anse de sac : triangle
Ce triangle a une visée décorative puisqu’il se fond dans le motif, mais le résultat reste solide.

Il s’agit du fameux sac dont l’anse avait lâché malencontreusement avec mon ordinateur portable dedans. Depuis, ce sac a été cousu en 2004, il a beaucoup servi, notamment à transporter ordinateurs et documents (plus de cinq kilos la dernière fois il y à peu dans le métro et le train avec escalier et marche) sans férir.

P.S. :

c’est valable pour les bretelles, les attaches et tout autre couture de même type et soumise à des tractions, évidemment.


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Reproduire un vêtement sans le découdre
le 3 octobre 2014
par ID
Couture anglaise
le 24 mai 2013
par ID
Si votre pantalon tombe : achetez une ceinture !
le 4 avril 2011
par ID
Marges de couture
le 9 décembre 2010
par ID
Du bon usage du découseur
le 9 décembre 2010
par ID
Bordures de serviettes
le 16 février 2009
par ID
Les incrustations
le 9 mai 2007
par ID
puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce Squelette puce RSSSyndiquer tout le site puce
2002-2017 - Aiguilles magiques - Licence CC BY NC SA 4 International
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47
Hébergeur : Kuhn services